Prévention des violences sexuelles et sexistes : la CFDT s’engage

C’est un constat amer: lorsqu’une personne est victime de violences sexuelles ou sexistes dans une entreprise ou une administration, elle ne se tourne pas vers les syndicalistes. Comment inverser la tendance ?

Les syndicalistes devraient figurer en bonne place pour recueillir cette parole, mais force est de constater qu’un cercle vicieux s’est mis en place : les victimes ne vont pas voir les syndicalistes, qui en retour ne prennent sans doute pas la mesure du phénomène.

Rappelons que 48 % des femmes affirment travailler dans un climat général sexiste et déplaisant. Les enquêtes existent et vont toutes dans le même sens : l’INSEE en 2007, l’IFOP et l’Agence des droits fondamentaux de l’UE en 2014.

Notre projet au sein du Sgen-CFDT est de faire reculer ces violences.

Afin d’y parvenir, un guide contre les violences sexuelles et sexistes a été publié par la CFDT en collaboration avec l’AVFT*.

En voici un aperçu.

Qu’est-ce qu’une violence sexiste ou sexuelle ?

La première étape consiste à nommer et reconnaître une pluralité de violences qui vont de l’injure au viol. Le guide donne plusieurs exemples concrets et rappelle la responsabilité de l’employeur dans la création d’un espace de travail serein.

Ainsi, il n’est pas question de conditionner une sanction sur le lieu de travail au dépôt d’une plainte, par exemple, et les deux sont indépendants.
L’éducation nationale, comme les autres employeurs, se doit de sanctionner les violences sexuelles et sexistes, et ce même si aucune plainte n’a été déposée.

Que faire en tant que syndicaliste ?

Il s’agit en premier lieu de faire sortir ces violences de l’ombre. On peut s’y prendre de différentes manières:
➤ joindre le comité hygiène, sécurité et conditions de travail – CHSCT
➤ faire des affiches ou des tracts
rencontrer les personnels

On peut aussi se référer
➜ aux services de santé au travail
➜ à l’inspection du travail
➜ à des associations comme l’AVFT

Dans les établissements scolaires, des campagnes de prévention peuvent être menées. La ou le chef.fe d’établissement se doit en effet de maintenir (ou de créer !) un environnement de travail de bonne qualité.
Il est possible
➤ de poser des questions en conseil d’école ou en conseil d’administration
➤ d’organiser des rencontres entre les personnels de l’éducation nationale et des représentants syndicaux sur ces sujets. Cela peut se faire par exemple lors d’une heure mensuelle d’information syndicale – HMIS.

Le tout est sans doute d’anticiper, de montrer aux personnes qui sont victimes de ces violences qu’elles et ils ont des interlocuteur. rice.s.

Ces actions (qui peuvent sembler bien humbles, mais qui sont nécessaires  :!) peuvent montrer aux agresseurs que des sanctions sont possibles car nous refusons la culture du silence.

Comment prendre en charge les victimes ?

Il faut affirmer clairement que rien ne sera fait sans l’accord de la personne concernée.
Le respect de la décision de la victime, quelle qu’elle soit, est absolument nécessaire.

L’entretien doit être mené sans pression d’aucune sorte, de préférence dans un local fermé, sans passage.
Il est préférable d’être deux pour recueillir la parole d’une victime : l’un.e écoute pendant que l’autre prend des notes.

Le syndicat peut saisir l’employeur ou le tribunal administratif.

Passer de l’élan populaire aux actions institutionnelles

L’égalité entre les femmes et les hommes est désormais au goût du jour, c’est même la grande cause du quinquennat, et l’on ne peut que s’en réjouir.
La CFDT a participé à faire émerger cette thématique.

Après les mouvements #Me-Too et #BalanceTonPorc, il s’agit de passer de l’élan populaire aux actions institutionnelles : les pouvoirs publics, les entreprises et les administrations doivent prendre la mesure des violences à caractère sexuel ou sexiste pour les faire cesser.

Notre projet est de les y aider.

* AVFT: Association européenne contre les Violences faites aux Femmes au Travail http://www.avft.org/

Lire aussi

Cet article en version imprimable (page 14 du numéro 45 de Quoi de Neuf)
Tous les articles de ce site classés du plus récent au plus ancien